140 – Octobre 2010 – 200 ans de la naissance de rav Israel Salanter

EDITORIAL :

II est des personnalités, dans le peuple juif, qui prennent des initiatives, lancent certains mouvements, et finissent par avoir une influence prépondérante sur le plan de la spiritualité du peuple juif ! Cela s’est passé la plupart du temps à un moment où, effectivement, la situation de notre peuple, sur le plan spirituel, en avait un besoin réel, énorme. Il en était ainsi du temps du Ba’al Chem Tov, lequel apporta un immense renouveau dans la pratique et dans la compréhension du service divin en son temps. Nous en avons déjà parlé dans un récent numéro. Un siècle plus tard, rav Israël Salanter exerça pareillement une influence sérieuse et profonde dans l’enceinte de sa communauté spécifique, celle de Lituanie — puis son enseignement se propagea par ses disciples dans un cercle bien plus large, au point que, de nos jours, on peut dire également de lui qu’il a donné une direction inédite et un éveil renouvelé à la spiritualité du peuple juif. Ray Israël Salanter est né en novembre 1810: c’est à l’occasion du bicentenaire de sa naissance que nous lui consacrons ce numéro. Nous voudrions, dans le présent dossier, tenter de tracer les grandes lignes de celui qui fut à l’origine de l’école du Moussar, tant sur le plan historique, que sur celui de la démarche spirituelle. Car il est clair que le message de l’école du Moussar concerne finalement le grand public de nos jours.

 

Logo de Kountrass

 

Notre attention a été attirée par un phénomène qui va en s’amplifiant, et que l’on nomme le “post-sionisme”. Nous nous sommes entretenus avec un uni-versitaire israélien qui a fait oeuvre de pionner en faisant paraître récemment un ouvrage à ce propos en français, tranchant avec les autres universitaires israéliens, qui sont plutôt les premiers à s’inscrire dans la mouvance post-sioniste. Mais le judaïsme orthodoxe n’est-il pas lui-même concerné par la critique du sionisme, et ne va-t-il pas se joindre lui aussi à une telle remise en question ? Un entretien avec une personnalité rabbinique fort extrémiste va nous montrer qu’il n’en est rien, et que le judaïsme orthodoxe considère que son rôle n’est pas de proclamer ses propres positions sur tous les toits, contrairement à ce que certains individus se permettent de faire… Nous nous sommes permis, en conclusion, d’avancer l’idée que l’augmentation des voix post-sionistes s’inscrit parfaitement dans ce qui doit se passer dans la période pré-messianique, ainsi que le lecteur pourra le constater.

Rav H. Kahn

ou

10.00 € - Ce numéro Kountrass livré chez vous

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers de Non classé

Vers le Haut