136 – Mars 2010 – La résurrection des morts

Editorial

Voici donc le printemps… Après l’hiver – durant lequel la nature s’est laissé abattre par le froid et la neige, les intempéries et la pluie – les premiers rayons de soleil ramènent la vie dans les champs et dans les vergers. Les herbes poussent, les bourgeons apparaissent, les amandiers sont en fleur… Ce miracle, qui se reproduit chaque année, ne manque jamais de nous remplir d’étonnement et de plaisir, quand nous voyons la nature revivre sous nos yeux. Nous avons pensé que le printemps pouvait être le meilleur moment de l’année pour développer un sujet parallèle – mais qui ne se produira qu’à l’avenir, lors d’une (ou plusieurs) journée(s) extraordinaire(s) de parmi les autres, depuis la Création du monde – celui de la résurrection des morts ! Nous verrons là aussi les morts surgir de la terre, leurs divers membres se regrouper, la chair se reformer et la peau recouvrir leurs os, puis la vie reprendre à partir de ces ossements anciens, qui reposaient en terre peut-être depuis des millénaires ! Si l’on veut, avant de lire le présent dossier, avoir une idée de ce que peut être la résurrection des morts, nous suggérons de relire le prophète Ezéchiel (chap. 37), qui a justement eu droit à une importante vision prophétique à cet égard, et a peut-être même vu dans la réalité un tel événement se concrétiser à ses yeux.

 

Logo de Kountrass

 

En un second temps, nous nous demanderons comment ce phénomène surviendra. Nous serons amenés à parler du fameux os, le “louz”, qui, d’après la tradition de nos Sages, assure la pérennité du corps humain.
Et une fois que les morts seront revenus, à quoi ressemblera la “vie” ? Nous verrons à cet égard qu’une grande discussion a éclaté entre le Rambam (Maïmonide) et le Ramban (Na’hmanide), que nous allons tenter d’expliquer et de commenter.
Mais la question n’a pas seulement intéressé ces deux grands Sages. La chance veut que l’un des plus anciens maîtres du judaïsme, rav Sa’adia Gaon, qui vécut au Xème siècle en Babylonie, ait déjà abordé ces questions, et nous ait livré nombre d’informations à ce sujet (ce qu’en dit la Guemara, car elle aborde également cette interrogation, est assez succinct). Nous profiterons donc des indications de ce maître, et d’autres encore, pour élargir notre connaissance à cet égard.
Quant aux mitswoth, devrons-nous toujours les respecter après la résurrection des morts ? Nous verrons que cette question fait l’objet d’un très grand débat entre nos Sages – au point que nous n’avons pu conclure qu’en disant que pour connaître la bonne réponse, il nous faut assurément attendre que cet événement tant espéré se réalise…

Rav H. Kahn

ou

10.00 € - Ce numéro Kountrass livré chez vous

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers de Non classé

Vers le Haut