tsedaka

183 – Fevrier 2015 – La Mitswa d’habiter en erets Israel

Avant les élections…

En une période pré-électorale comme celle que nous vivons actuellement en Erets Israël, le simple électeur peut rester plutôt perplexe. Nombre d’entre nous habitent en Erets Israël, et ont droit de vote. Que leur dire ? Leur hésitation est compréhensible : les attaques directes contre les candidats fusent de toutes parts, et ne peuvent que surprendre. On parle des bouteilles consignées de Mme Netanyahou, de voyages de son mari remboursés par plusieurs sources, dont par l’Etat, et le reste à l’avenant. Et ce, juste pour l’actuel Premier ministre. Mais en ce qui concerne, par exemple, tous les partis politiques de gauche réunis, d’autres soupçons planent, dont l’utilisation d’associations créées juste pour le bien de la cause, pour faire campagne contre Netanyahou – “Tout sauf Bibi !” Ces sombres associations semblent même recevoir des financements en provenance du gouvernement américain, au point que des questions à ce sujet aient déjà été posées au président Obama par des sénateurs de son pays… Inutile de préciser qu’une telle pratique va contre la loi en Israël. On a rappelé à cette occasion une conduite du même ordre qui a été adoptée il y a quelques années, avec d’autres associations luttant pour que Baraq soit élu. Le chef du groupe socialiste, Herzog, a préféré user du droit au silence plutôt que de se défendre. Le même sieur Herzog que nous rencontrons actuellement, en effet. On ne peut que s’interroger : où sont passés les vrais problèmes du peuple juif sur sa terre ?

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

54 – Spetembre 1995 – Tsedaka et Ma’asser

L’Habit dans la Tora

L’e présent numéro est placé sous le signe des fêtes de Tlchrl qui approchent. Pendant les Jours redoutables, l’Eternel ar­_rête le dfn à l’égard de chacun de nous ; paradoxalement, ce sont précisément les mltzwoth envers notre prochain qui ont le pouvoir d’adoucir la sentence, de faire pencher la balance en notre faveur. Noue avons donc estimé que c’est le moment propice d’ouvrir à nouveau le doHier “Tsedaqa” (traité partiellement dans notre numéro 30). On y décou­vrira des notions liées à divers aspects de la tsedaqa, comme le ma’asser et les autres obligations envers autrui ; nous tenterons de les placer dans leur cadre halakhique précis et de montrer l’originalité de la démarche de la Tora dans ce domaine. Nous nous efforcerons également de répondre aux questions : à qui doit-on donner ? combien faut-il prélever à cet effet ? comment effectue-t-on le compte ?
Par ailleurs, nos lecteurs nous ont adressé -les vacances y sont peut-être pour quelque chose -un énorme courrier. Nous croyons que leurs remar­ques et suggestions méritent d’être publiées et sommes persuadés qu’elles intéressent l’ensemble du public qui nous lit.
La situation actuelle en Erets Israël, complexe et aléatoire, suscite un grand désarroi dans la population : nous avons interrogé à ce sujet un observateur du monde religieux, le rav Israël Eichler, rédacteur en chef du Ma’hané ha’Harédl, qui a fait le point avec nous.
Dans le domaine “Médecine et Halakha”, nous tentons de circonscrire les mesures à prendre -ou à ne pae prendre -lore de l’hospitalisation d’un malade en état grave : en effet, les principes guidant les médecins des hôpitaux ne sont pas du tout conformes à la Halakha, c’est le moins qu’on puisse dire. Comment affronter ce genre de situation ?

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

Vers le Haut