Temple

92 – Novembre 2002 – Les expériences de mort imminente

EDITORIAL :

Le présent numéro est placé sous le signe de la diversité. Un premier dossier est consacré au sujet des ” expériences de mort imminente”, les EMI, ainsi que nous nous étions promis de le faire depuis la parution, dans notre numéro 88, du témoignage de Charon sur ce qu’il a vécu suite à un terrible accident. C’est un article que nous avions publié sans avoir conscience de l’immense intérêt qu’il allait soulever. Pour les membres de notre communauté, ce genre de phénomènes était plus que surprenant. Nous avons donc lancé une enquête, et il s’est rapidement avéré que des millions de gens ont connu ce type d’expérience, et qu’une très grande littérature a déjà paru à son sujet. Il en est non seulement ressorti que d’innombrables personnes ont vécu de telles aventures, y compris des Juifs, bien entendu, mais encore que les sources bi-millénaires juives permettent pratiquement de comprendre l’ensemble de ces phénomènes.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

145 – Juillet 2011 – Qui sera le bâtisseur du 3ème Temple ?

EDITORIAL :

La chute de Jérusalem et la destruction du Temple – qu’il soit reconstruit de nos jours, comme nous le souhaitons dans le présent “Grand dossier” ! – pendant la période des vacances. Quelle mauvaise coïncidence ! Toutefois, à y réfléchir, la simultanéité entre la période de deuil la plus aiguë de notre communauté , et la période d’été – quand nous voudrions quelque peu nous reposer de la fatigue d’une année d’étude ou de travail – n’est peut-être pas si fortuite qu’elle en a l’air… L’origine de ces semaines est la réaction du peuple juif suite à la visite des explorateurs en Terre sainte : dix de ces derniers revinrent avec un rapport désastreux sur le pays, la taille monstrueuse de ses habitants, leur puissance et l’importance de leurs forteresses qui semblaient rendre suicidaire toute confrontation. Avaient-ils tort ? Bien sûr que non. Mais ils oubliaient un point : le peuple juif n’est pas soumis aux règles de la nature et ne dépend pas de l’importance des forces en présence, mais uniquement de l’aide de la Présence divine ! “Rien ne peut dépasser l’Eternel”, (Beréchith/Ge-nèse 18,14) ! Cette perte de conscience de la capacité illimitée du Créateur du monde à sauver son peuple dans des situations où tout semble “objectivement” désespéré lui a coûté énormément : cette nuit de pleurs du 9 Av restera pour les générations à venir un temps néfaste, qui se traduira par la destruction des deux Temples à cette même date, et bien d’autres catastrophes – comme l’Expulsion des Juifs d’Espagne et la déclaration de la Première Guerre mondiale. Or ce lien entre nous et l’Eternel est la base de notre foi ! Si nous effaçons de notre conscience le fait que l’Eternel nous accorde la vie, dirige notre destinée et veille à chaque pas à assurer notre sécurité et notre bonne santé, que reste-t-il de notre engagement dans la voie de la Tora ?

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

226 – Octobre 2019 – Bâtisseurs de sanctuaires

L‘histoire est celle d’une jeune fille d’une petite communauté rurale, qui, au grand dam de sa famille et de son entourage, a quitté le giron familial et la foi de ses ancêtres, pour aller
vivre avec un quidam du village, bien entendu nonjuif ! La communauté était complètement bouleversée. Une délégation se rendit alors chez le rav, pour qu’il tente de la dissuader. C’est ce qu’il fit.
– “Ma fille, lui dit-il, que s’est-il passé ?
– Il faut me comprendre : quand mon père revenait de la shoule aux jours les plus saints de l’année,
il était plein d’inquiétude ! ‘On a prié, on s’est repenti, on a demandé pardon, et qui sait si cela a été
suffisant ?’ Alors que mon mari, avec quelle joie ne revient-il pas de son lieu de prière, et se rend avec
ses amis à la taverne pour boire un coup et exprimer sa satisfaction !
– Ah, je comprends. Mais il faut que tu prennes conscience de la différence entre lui et ton père :
lui est descendant de ‘Essav, ton père de Ya’akov. Ces deux-là, nos ancêtres, ont établi un pacte entre eux : Ya’akov va recevoir le monde futur, et ‘Essav le monde d’ici-bas. Les descendants de ‘Essav profitent
du monde à pleins bras, sans nul doute, dans la joie et dans le plaisir. Ceux de Ya’akov pensent au monde  futur : ce n’est qu’en se questionnant sur leur conduite à avoir dans cette antichambre qu’est le monde d’ici-bas, en vue du monde futur qui les attend, qu’ils peuvent espérer y arriver la tête haute, et à jouir des plaisirs réservés à ceux qui y ont droit ! Si Ya’akov profitait du calme ici-bas, ou si ‘Essav était dans une situation angoissée et nerveuse, cela serait contraire à leur essence et à leur mission sur terre !”

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

190 – Novembre 2015 – Bientôt, à Jérusalem

Couverture du magazine 190 de Kountrass

Et s’ils avaient raison ?

Le mouvement actuel qui s’est développé chez les Arabes en Erets Israël présente quelque chose d’assez surprenant : ils justifient leurs actes par l’imminence de l’invasion du Mont du Temple par les Juifs.. Les jeunes Arabes sont prêts à se faire tuer pour contrer une telle intention. Or, ce prétexte apparaît totalement faux ! Il ne fait aucun doute au monde, pour toute personne censée, que le gouvernement israélien, tout éloigné de la Tora qu’il est, ne pense à aucun moment amorcer une telle entreprise, d’autant plus qu’il sait bien que cela entraînerait un vrai djihad globalisé, impliquant un milliard d’Arabes, qu’une telle cause trouverait prêts à s’engager pour faire disparaître la présence juive dans le pays ; les religieux n’envisagent pas plus une telle démarche, tout à fait conscients de la reconstruction du Troisième Temple par voie divine ; elle s’avérerait en tout cas impossible de nos jours ; il reste peut-être quelques excités, mais qui les écoute-t-il ? Et la France y croit aussi, elle qui propose la mise en place d’une force internationale sur le Mont du Temple… Alors, pourquoi ces jeunes Arabes se font-ils tuer ? Nul doute que ce mouvement ne repose pas plus que sur l’une des dernières initiatives des dirigeants palestiniens, avec Abou Mazen à leur tête : ils sentent qu’ils perdent du terrain et, pour parer à cette situation, ils ont lancé cette tentative d’intifada Al Kouds [Ces « Juifs et leurs pieds sales (qui) souillent le sol sacré de l’esplanade », disait Abou Mazen ; pas moins ! Le style demeure assez connu…].

Logo de Kountrass

 

En lire plus

175 – Mai 2014 – La Sinath ‘Hinam La haine gratuite responsable de la destruction du Temple

A propos de la période du ‘Omer

Vous compterez chacun, depuis le lendemain de la fête, depuis le jour où vous aurez offert l’Omer du balancement, sept semaines, qui doivent être entières ; vous compterez jusqu’au lendemain de la septième semaine, soit cinquante jours, et vous offrirez à l’Éternel une oblation nouvelle” (Wayiqra/Lévitique 23,15-16).Nous voici donc à nouveau dans la période du ‘Omer. La Tora nous oblige à effectuer un décompte de jours, entre le second jour de Pessa’h et la veille de la fête de Chavou’oth. Il est clair pourtant que ces jours n’ont pas besoin de nous pour défiler dans l’éphéméride du temps ! Que signifie dès lors cette obligation d’en effectuer le décompte ? Nous avons l’habitude de faire des comptes : combien d’argent nous avons, combien d’économies nous avons faites, combien de voitures nous possédons (en miniature, pour les jeunes, puis en réel plus tard), et le reste à l’avenant. Ces divers comptes ont tout de même ceci de commun qu’ils concernent le matériel, et uniquement ce domaine. Aucun décompte spirituel n’est concevable dans le fonctionnement commun à tous, dans le monde qui est le nôtre. Aucun. Au point qu’une telle notion elle même a quelque chose d’étranger : que peut bien vouloir signifier “effectuer un décompte” dans le domaine de la spiritualité ? Il ne peut évidemment pas être question de l’amoncellement des mitsvot uniquement, bien que ceci soit également une donnée importante, “un homme sage accumule les bonnes actions” (Michlé/Proverbes 10,8).

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

Vers le Haut