internet

53 – Juillet 1995 – En souvenir de rav Moché Soloveitchik

EDITORIAL :

Un grand deuil nous frappait au moment de la mise sous presse du précédent numéro – avec la disparition de rav Moché Soloveitchik z. te. 1. de Zürich. Notre revue perd ainsi un guide aux précieux conseils qui ne nous a pas ménagé son actif soutien. Quant au judaïsme, il sera désormais privé d’une des plus éminentes autorités rabbiniques contemporaines – bien qu’il ait été relativement peu connu du grand public, car le rav Soloveitchik se distinguait par une discrétion et une modestie aussi profondes que naturelles. Nous lui consacrons un bref hommage.
Le rabbin Samy Klein 7″•r a été fauché dans la fleur de l’âge par les balles de la Gestapo il y a 51 ans, le jour du jeûne du 17 tamouz 1944. Nous présentons ici la biographie de cette figure qui nous semble exceptionnelle, tant par son indépendance d’esprit et par l’originalité de ses positions personnelles que par sa conception du judaïsme et ses projets pour l’avenir des Juifs de France. Disparu avant l’âge de trente ans, il a réussi au cours de sa brève existence à faire des études à l’Ecole rabbinique, à aller découvrir pendant un an une des plus grandes Yechivoth lituaniennes de l’époque (Telshe) et à devenir, durant la guerre, un des dirigeants de la communauté juive à la dérive. Les festivités ayant marqué le 50′ anniversaire de la libération des camps et de la victoire sur les nazis nous ont également incités à publier un article sur l’attitude des Alliés face au génocide de notre peuple. Alors que l’existence des camps d’extermination était déjà connue, et que de toutes parts des Juifs dans le monde libre lançaient des appels désespérés pour une action militaire contre les camps ou leurs voies d’accès, les Alliés refusèrent obstinément d’engager leur aviation. Pourquoi ?

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

149 – Décembre 2011 – Les juifs en Lybie

EDITORIAL :

Quel que soit le point cardinal vers lequel on se tourne, on verra des nuages noirs poindre à l’horizon ! Que faut-il en penser ? C’est la question que tout le monde se pose ! Sur le plan économique : l’Occident traverse une période d’incertitude d’une rare amplitude – certains la comparent même à la « crise de 1929 » Des pays sont menacés de faillite, des dirigeants d’État obligés de démissionner, l’Europe en danger, et l’Amérique proche du dépôt de bilan… Sur le plan sécuritaire : l’Iran est sur le point de devenir une puissance nucléaire, et il n’y a plus de doute quant aux intentions belliqueuses de son programme. Que faire ? Bombarder ? Le danger d’une guerre régionale, voire mondiale, est tout à fait sérieux ! Israël semble se contenter, pour l’instant, d’opérations secrètes et ponctuelles, mais même cette conduite n’est pas sans risques. Enfin, sur le plan spirituel : les multiples décès de hautes personnalités du monde de la Tora nous interpellent : le roch Yechiva de Mir, le rav Nathan Tsvi Finkel, le rav Dov Schwartzman, le rav Dan Ungarischer, et d’autres, sans oublier l’épouse du rav Haïm Kanievski, qui fait l’objet d’un article dans le présent numéro.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

193 – Janvier 2016 – La joie dans la Tora

Kountrass Famille 193

La joie dans la Torah

Le monde occidental est troublé : il est parvenu à un niveau d’humanisme remarquable, à un degré de respect d’autrui jamais connu. Pourtant, il se heurte en même temps dans le monde à des phénomènes de cruauté et de remise en question de l’autre, qu’il peine à accepter. Daech, avec ses meurtres filmés et ses crimes contre des enfants et des villes entières, ne cesse de heurter le public – et en plus ses tentacules finissent par frapper des « Français innocents », à Charlie Hebdo, au Bataclan… Les différentes branches du monde musulman semblent bien à la veille d’affrontements d’une ampleur terrifiante, après l’exécution d’une cinquantaine d’opposants au régime sunnite de l’Arabie saoudite – dont le cheikh chiite Nimr Baqer, et des membres d’El Quaida (sunnites). Les éléments susceptibles d’engendrer d’immenses dangers pour l’humanité ne cessent de croître ; les risques de crises se précisent, quand ils peuvent réduire à néant la plateforme humaniste occidentale. On peut dès lors se demander : est-ce bien le moment de republier “Mein Kampf” ? D’ajouter à l’actuel bouillonnement “intellectuel” (quel mot déplacé !) international cet élément nauséabond de la culture occidentale elle-même ? Il provient du pays alors le plus avancé dans le domaine de la pensée et de l’humanisme, qui est pourtant tombé tellement bas dans l’horreur et le génocide… Sommes-nous tellement sûrs que la folie nazie ne peut pas reprendre vie et provoquer un gigantesque incendie en Europe, parallèlement aux excès de zèle qui saisissent actuellement le monde arabe ? Nous voyons bien que nul ne pouvait prévoir, voici cent ans, que les pays arabes se relancent dans de telles violences – le plus souvent préjudiciables pour leurs propres membres… L’Allemagne est-elle si sûrement aseptisée de ce microbe ?

Logo de Kountrass

 

En lire plus

184 – Avril 2015 – La Kipa

Avant Pessa’h…

Nous voici à présent avant Pessa’h. Nous sortons tous d’une période difficile, de laquelle nous espérons être délivrés. Les Juifs de France ont connu l’un des hivers les plus rudes qu’ils aient eu depuis de longues décennies, marqués par les événements tragiques que l’on connaît. Les Juifs de Terre sainte sortent d’une période délicate, d’élections, qui ont fait surgir sur la place publique beaucoup trop de haine et de mépris mutuel entre les candidats, et entre leurs partis. Le peuple juif tout entier constate avec amertume que l’ancienne haine toujours éprouvée à son égard reprend le dessus, sous le couvert de l’antisionisme soit, mais de la haine tout de même, tant aux Etats-Unis qu’en Europe. Sans oublier les menaces bien plus concrètes encore qui n’ont cesse de se dresser contre nous, de toutes parts, en particulier en Erets Israël. Bien sûr, nous sommes loin des tragédies d’antan, des massacres et des pogroms, que l’Eternel nous en protège ! Mais nous avons tous le sentiment que la période que nous venons de vivre était très éprouvante, et nous aspirons à une délivrance, pour revenir au calme dont nous jouissions auparavant. Et la fête de Pessa’h peut nous apporter cette sérénité ! Nous avons tous les jours l’obligation de nous souvenir de la sortie d’Egypte, mentionnée dans le Qriyath Chema’. Le Chabbath, voyons-nous dans les Dix Commandements, est le “souvenir de la sortie d’Egypte”. Pourquoi ce moment historique de notre peuple est-il si capital ? Parce qu’il nous a prouvé incontestablement la capacité illimitée de l’Eternel de changer les données du monde, sous toutes les coutures, comme en témoignent les dix plaies. Et d’un point de vue politique, n’a-t-Il pas mené un plan remarquable, amenant Pharaon à passer d’une position de force inouïe – “aucun esclave ne pouvait quitter l’Egypte” – lui-même se prenant pour une divinité, à celle dans laquelle il doit céder devant la ruine de l’Egypte aux exigences de l’Eternel présentées par Moché et Aharon, libérer un peuple tout entier, et va finir par périr avec toute son armée, manipulé qu’il était par la Force divine durant toute la période, “afin de faire savoir que Je suis l’Eternel” ? Profitons de cette fête de Pessa’h pour nous sentir nous mêmes libérés d’Egypte, afin de comprendre à quel point la Main de Hachem est capable de nous guider dans l’ensemble des événements qui nous concernent et nous conduire vers une meilleure période.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

171 – L’implantation de la Tora en France au XIeme S.

Un grand notable a disparu . Un exemple pour l’ensemble du peuple juif !

 

Rav Moché Reichmann a été l’une des plus grandes fortunes du monde, occupant la dixième place parmi les riches. Mais ce n’est certainement pas pour ça que nous le regrettons !
Qu’est-ce que la fortune, dirait-il lui aussi ? « Reb Moché » a forgé une nouvelle ligne de conduite. Quand il est arrivé à Toronto, la ville était un vrai désert sur le plan du judaïsme, ce qui lui était difficile, lui qui avait connu la belle communauté de Tanger, la Shneider’s Yeshiva de Londres, puis les Yechivoth de Gateshead, de Poniewezh et de Mir. Que fit-il ? Il fonda tout. Grâce à lui, la communauté de Toronto est l’une des belles communautés, où la Tora vit et où se trouvent toutes les institutions, du ‘héder au Kollel ! Reb Moché a vécu la destruction du monde de la Tora d’avant-guerre, et il a vu aussi de ses propres yeux, pour y avoir vécu durant 15 ans, l’immense potentiel de la communauté sefarade, et les dangers qui le menaçait lui aussi. Que fit-il ? Il utilisa son immense fortune pour soutenir toute institution qui se destinerait à développer l’étude de la Tora ! De préférence pour le public sefarade.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

159 – Novembre 2012 – Le 2ème commandement : Tu n’auras pas d’autres D’ devant Ma face

Des questions de respect d’autrui !

Un film d’un copte d’origine égyptienne,désirant sans doute venger ses frères et les vexations qu’ils subissent de la part des arabes, a été lancé sur le web, profanantl’image de Mohamed. Charlie Hebdo a également donné dans le genre, non sans écorcher au passage les Juifs. A partir de là, des manifestations ont eu lieu dans le monde arabe et à Paris, provoquant la mort de l’ambassadeur des USA à Benghazi et entraînant un affolement généralisé dans les représentations diplomatiques françaises et américaines situées dans des pays
musulmans.
Avec une bombe atomique, l’Iran mettrait Israël en danger ! Nos anciens, ceux qui ont connu la période d’avant la Seconde Guerre mondiale, se posent des questions…

La première question qui a été posée est celle du droit de représenter Mahomet d’après la loi musulmane. Divers experts se sont exprimés, et la réponse n’est pas claire.
Pour notre part, nous comprenons les musulmans : donner une représentation d’un personnage ancien revient à le réduire (sauf quand il s’agit d’une photo), et donc à lui manquer de respect. En ce qui nous concerne, nous évitons par exemple de faire paraître toute image de nos grands ancêtres, parce que nous risquerions de trahir leur personnalité  si nous tentions de la représenter de la sorte. Quels que soient les traits que nous leur accordons, nous avons toutes les chances de passer à côté de la réalité, et de réduire leur dimension.
Présenter donc le fondateur de l’islam d’une quelconque manière peut être pris comme un manque de respect envers lui, à plus forte raison de la manière déshonorante dont cela a été fait.
A ce niveau, nous comprenons donc les arabes.

Logo de Kountrass

En lire plus

157 – Septembre 2012 – Une vie de Tora En souvenir de Rav Eliachiv zatsal

Kountrass 157

Et pourquoi pas un amour égalitaire ?

Nous sortons de la période durant laquelle nous déplorons la destruction du Temple. Cette catastrophe n’est pas le fruit du hasard, et elle n’est pas la conséquence d’une défaite politico-militaire,  nous dévoilent nos Sages. Le peuple juif souffrait d’un défaut profond qui en est la véritable cause. Quand Rome est parvenue à détruire l’édifice de pierre à Jérusalem, nos Sages (Sanhédrin 96) expriment l’idée que ses soldats n’ont eu plus qu’à « moudre une farine déjà moulue ». Jérusalem était déjà vermoulue, l’édifice était pourri.
Quel était cet élément qui a provoqué cette des-truction ? La haine gratuite entre les Juifs (Yoma 9b).
Pourquoi un manque de sentiments entre les gens a-t-il entraîné la destruction du Temple ? Du temps du prophète Jérémie (Yirmiahou/Jérémie 7,2 à 5), dit rav Hirsch, certains Juifs contemplaient la beauté du Temple et pensaient qu’elle ne dépendait pas de leur conduite : « C’est ici le sanctuaire de l’Eternel ». Ce à quoi le prophète répondit : « Mais le sanctuaire de l’Eternel, c’est eux !» Il poursuit : « Car si vous corrigez sérieusement vos voies et vos œuvres, si vous pratiquez une justice sévère dans vos relations réciproques ; si vous vous abstenez d’opprimer l’étranger, l’orphelin et la veuve, de répandre du sang innocent en ce lieu, et de suivre des dieux étrangers, pour votre malheur, [alors seulement] Je vous laisserai résider ici, dans le pays que J’ai donné à vos ancêtres, de siècle en siècle ». Le Temple, Erets Israël, dépend donc du respect que nous accordons à la Tora.

Nous avons un exemple brûlant de ce que peut signifier la haine entre les Juifs : une campagne sans précédent a été lancée contre le judaïsme ortho-doxe en Erets Israël, visant à ce que « tout le monde effectue un service égalitaire », tout en taisant deux données essentielles : le fait qu’il y a plus de jeunes non-religieux qui ne font pas leur service que de jeunes orthodoxes, et en négligeant le fait que les Arabes israéliens ne l’effectuent pas non plus. De plus, la vraie question n’est pratiquement pas posée : pourquoi Israël continuerait-il en ce début du XXIe siècle à pratiquer un enrôlement systéma-tique coûteux et inutile, alors que l’ensemble des pays développés est passé depuis longtemps à une armée de métier ? Ces interrogations prouvent bien que la campagne actuelle repose sur une haine gratuite contre les étudiants de Tora, contre ceux qui s’investissent de tout leur cœur à appliquer le message que le peuple juif a reçu au Mont Sinaï, « et vous vous y investirez de jour et de nuit », ainsi que des maîtres tels que rav Eliachiv Zatsal nous l’ont montré !

Logo de Kountrass

En lire plus

155 – Juin 2012 – Qui a raison ?

 Question de l’enrôle­ment des étudiants en Yechiva

La « grande » question de l’enrôle­ment des étudiants en Yechiva a été lancée voici peu sur la place publi­que par la Cour suprême, laquelle refusait la loi Tal et exigeait une nouvelle loi, ou, à défaut, la fin du sursis accordé à ces jeunes.
Les hommes politiques l’ont reprise, non sans que, comme c’est devenu l’habitude en Israël, un groupe de manifestants ne l’ait adoptée pour en faire son cheval de bataille, le groupe des « Frayerim » – les gars qui se laissent exploiter par les autres, par ceux qui ne font pas leur service militaire.
Rapidement, l’ensemble de la classe po­litique israélienne s’est entendue sur cette question fondamentale pour le peuple juif, à savoir le scandale que trop de jeunes étudient la Tora et ne participent pas aux efforts de défense du pays ! C’est tout de même fantastique : ce sujet a été la raison unique et précise pour laquelle le gouver­nement a décidé de présenter une loi pour dissoudre l’équipe gouvernante actuelle et de se tourner vers le public pour solliciter un nouveau mandat, via des élections – avant le renversement de la situation à la suite de l’entrée de Qadima avec Chaoul Mofaz dans le gouvernement.
Cette question restera toutefois l’un des éléments chauds de l’été, autour de la rédac­tion d’une nouvelle loi dans ce domaine à la Knesset, et on imagine déjà les débats hou­leux qui se dérouleront dans cette enceinte, tant les partis politiques sont convaincus que c’est là le sujet qui importe le plus au peuple d’Israël de nos jours.
Il fallait en fait s’y attendre : la vieille gé­nération cède sa place à une nouvelle, « qui ne connaît pas Yossef », comme il est dit à propos du nouveau pharaon de l’Egypte où vivaient nos ancêtres. L’ancien monarque savait combien Yossef avait apporté à son pays, le sauvant de la situation dramatique qui la menaçait du fait des années de vaches maigres qui allaient survenir.

Logo de Kountrass

 

En lire plus

150 – Janvier 2012 – L’autre…

Kountrass 150

Nous aimons bien tenter de comprendre ce qui se passe autour de nous, et rien n’est plus naturel. Toutefois, il n’est pas facile d’y parvenir, car les projections de nos propres conceptions ou désirs peuvent rapidement fausser notre compréhen­sion, et nous amener à de lourdes et graves erreurs.
A dire vrai, tant que ce n’est que nous qui commettons des erreurs de jugement et d’appréciation, ce n’est pas bien important: qui sommes-nous, finalement, pour que notre avis ait un quelconque intérêt? Le problème commence à devenir de loin plus inquiétant quand c’est une personne telle que le président des Etats-Unis, Barak Obama, ou celui de la France, Sarkozy, qui font erreur !Et quand le monde entier est convaincu de l’espoir que laisse entrevoir le « printemps arabe « pour l’avenir de !’Histoire: serions-nous enfin arrivés à un moment où la crise entre l’Occident et le Proche Orient va être résolue, où les Arabes vont rejeter les régimes totalitaires et san­glants sous la botte desquels ils souffrent tant, sans liber­tés personnelles, sans possi­bilité de trouver du travail et de vivre convenablement ?!
Obama et Sarkozy étaient convaincus que ce moment messianique était arrivé : le président américain a exigé que Moubarak démissionne – même si le dirigeant égyp­tien a maintenu une voie pro-occidentale toutes ces années, contre toutes les cri­tiques et tout ce qui a été ma­nigancé contre lui. Sarkozy a aidé les révoltés libyens à se révolter contre le dictateur absolu qui régnait dans leur pays, exploitant ce peuple et les ressources naturelles de son pays jusqu’au sang de ses citoyens. Ce n’est que maintenant que l’image cruelle de ces régimes, ou de celui de la Tunisie par exemple, com­mence à être réellement connue et comprise.
Le président de la Syrie tient encore, mais sans doute plus pour longtemps, et nul ne doute de l’importance des atrocités qu’il commet contre son propre peuple.
Mais de tous les côtés, l’image qui commence à se dessi­ner est inquiétante : les groupes les plus extrémistes sem­blent prendre la place des anciens dictateurs, et accéder de manière démocratique au pouvoir, à l’image des Frè­res musulmans en Égypte, et d’autres factions extrémistes en Libye et ailleurs. Tout le monde parle déjà de l’hiver musulman, et de l’inquiétant risque que l’ensemble des
pays musulmanss du pourtour méditerranéen finissent par tomber sous la coupe des groupes fondamentalistes ! Adieu la liberté, le respect des individus et des minori­tés, le travail pour tous et les conditions sociales ! Sans parler des inquiétudes profondes qui règnent à présent en Israël.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

Vers le Haut