divorce

55 – Novembre 1995 – Le juste frappé par le sort

EDITORIAL :

Ce numéro paraît au moment où l’assassinat du Premier ministre Rabin bouleverse l’ensemble du peuple juif en Erets Israël, toutes tendances confondues. A notre grande honte, il a été perpétré par un Juif, s’affirmant religieux de surcroît, portant une kipa et déclarant étudier la Tora et ses lois. Un tel acte ne peut être justifié, ni par un débat idéologique, ni par des divergences politiques, ni par un sentiment d’injustice, aussi vif soit-il. C’est tout simplement un homicide et constitue une transgression d’un des Dix Commandements. Le Judaïsme orthodoxe a unanimement condamné cet assassinat politique, acte inadmissible, impardonnable.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

70 – Octobre 1998 – Le divorce dans la Tora

EDITORIAL :

Le présent numéro, dont le sujet central est ” le divorce dans la Tora “, s’attache à faire le tour d’un sujet délicat, qui intervient dans un contexte humain douloureux au possible, à savoir celui des couples qui sont acculés à la rupture. Nous voulions parler à ce propos technique et Halakha, mais il est bien évident que nous avons été amenés à nous pencher également sur les efforts déployés pour ramener le Chalom bayith dans les familles en crise, tant dans la théorie que dans la pratique, et, d’un autre côté, nous nous sommes intéressés aux principales victimes de séparations, à savoir les femmes. Un organisme nommé A `hayoth tente, à Jérusalem, de les aider dans leur isolement, et ce souci méritait très certainement que nous lui consacrions toute notre attention. Et qui se charge de courir après les maris récalcitrants ?

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

72 – Mars 1999 – Le judaisme allemand d’aujourd’hui. interview du rav Ravitz

EDITORIAL :

Une grande enquête sur le Judaïsme allemand nous amène à parler de nos voisins – non sans une certaine angoisse. L’occasion nous est donnée ici de constater à quelle catas-trophe peut arriver une communauté dépourvue de structu-res solides. On trouve là un exemple cuisant du chaos qui frappe la plupart des communautés européennes auxquelles manque toute organisation interne…
Nous n’en avons pas encore terminé avec le dossier sur “Le Christianisme vu par les Juifs” lancé dans notre précé-dent numéro. Nous n’y avions abordé alors que l’aspect théorique du sujet, et jeté un regard vers le passé. L’actua-lité reste cependant incontournable, et les Juifs qui rési-dent en Erets Israël offrent une cible particulièrement atti-rante pour de nombreux missionnaires chrétiens, et cela plus encore quand, à l’approche de l’an 2000, ceux-ci vien-nent à être pris d’une véritable frénésie. Aussi nous a-t-il paru important de découvrir ce qui se passe ici, sur le terrain, en Erets Israël.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

177 – Juillet 2014 – Le Guett dans la Tora

Que leur ombre les abandonne…

Leur ombre les a abandonnés et l’Éternel est avec nous, ne les craignez point !” (Bamidbar/Nombres 14,9), venons-nous de lire dans la Tora. Face aux nombreux ennemis qui attendaient le peuple d’Israël en Terre sainte, et au découragement qui a saisi alors le peuple, Yehochoua’ et Calev tentent de rassurer leurs frères en leur disant que tout dépend de l’ombre de nos ennemis, de l’influx de la Providence divine Qui les suit et les protège. Quand Celle-ci Se retire, les peuples, aussi puissants soient-ils, n’ont plus de chance. Leur défaite est proche. Dans les temps modernes, Israël s’est hissé au niveau d’une nation sachant manipuler les armes, et frapper là et quand il le faut. Malheureusement ceci n’est pas d’une grande utilité face à des cellules terroristes capables d’actes d’une cruauté inadmissible, de tuer de sang froid trois jeunes étudiants en Yechiva, que D’ venge leur sang ! Que faire à présent ? Le dilemme n’est pas évident : il ne fait pas de doute que le ‘Hamas est responsable de ce drame, et Israël a profité du moment pour tout faire pour enrayer la présent du ‘Hamas dans les territoires de Judée et de Samarie, ce groupe terroriste qui, récemment, est parvenu à reprendre une certaine légitimité en établissant un pacte avec le Fata’h, ces autres “tsadiqim” oeuvrant contre nous. C’est une conduite juste, et indispensable.

 

Victor Hugo, Balzac, la conduite exemplaire d’un Louis Pasteur envers sa mère avaient donné des valeurs de conduite humaine honorable (peut-être la conduite morale de ces deux premiers n’était-elle pas exemplaire, mais l’hypocrisie de ‘Essaw veut qu’il tente de paraître honorable aux yeux du monde tout en dissimulant ses propres aberrations morales. Au moins, il les dissimule…). Tout à coup ont paru ces nouvelles notions promulguées par Sartre, bouleversant la jeunesse, avec les Beatnicks, la drogue, l’insolence et le parasitisme social.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

Vers le Haut