baboulin

197 – Juin 2016 – Electricité & Halakha

Couverture Kountrass 197

Le chaos en France

La France, la douce France, connaît actuellement une situation dé- plorable – des mouvements sociaux perturbent totalement sa vie et son économie.

Comment comprendre ce qui s’y passe ?

Bien entendu, ce n’est pas au plan politique et économique que nous voulons nous placer, car ce n’est ni notre domaine, ni notre centre d’in- térêt – même si nous ressentons nous aussi la difficulté, et compatissons avec nos coreligionnaires vivant dans l’Hexagone ou dépendant de son économie.

Bien entendu, le pays a connu d’autres périodes de perturbations so- ciales qui, facilement, ont débordé au point de mettre son économie en danger. Cependant, les turbulences présentes le trouvent dans une situation déjà délicate pour d’autres raisons : son tissu social est depuis quelques années fortement troublé, avec un ajout de peuplement qui ne cherche en rien à s’assimiler à ses valeurs et à adopter ses idéaux. Le FN profite de cette menace, et prend de l’ampleur, ce qui n’est pas fait pour nous rassurer.

D’un pays dont on a pu chanter la douceur (Charles Trenet, en… 1943 – bref, passons), où « men ist azoy wie G-ott in Frankreich » (« heureux comme D’ en France », expression yiddish connue), nous arrivons à une nation aux aspérités visibles et inquiétantes, aux casseurs implacables et aux bandes de délinquants incontrôlables.

A notre avis, nous n’avons pas le droit d’emprunter une vision apoca- lyptique pour expliquer le phénomène actuel. De fait, pour faire cela, il faut avoir droit à l’influx divin permettant d’en statuer ; puis, si la situa- tion revient au calme – ce qui va certainement se produire (en tout cas, nous le souhaitons pour tous) – quelle figure aurons-nous ?

Ceci n’empêche que nous constatons effectivement une destruction bien complète des valeurs et des qualités de cette antique terre de France : son accueil et sa fraternité, son respect de l’autre et l’égalité pour tous.

Quelque part, il y avait du faux dans ce calme : d’abord, nous devons bien reconnaître que ces valeurs nous ont coûté fort cher car nombre de nos frères se sont totalement assimilés (ceci n’enlève pas le mérite qu’elles avaient d’exister).

Puis, le calme ressenti sous ces latitudes, la Sécurité Sociale, les mu- tuelles, l’assurance pour tout, tout cela est plus qu’agréable – tout en ne relevant pas de la vie telle qu’elle est, tout en nous empêchant de res- sentir la Main de Hachem dans notre existence. Donc, nous voici assurés contre toutes les velléités et incertitudes, garantie couvrant même le convoi funéraire et l’enterrement dans un cimetière (en négligeant tou- tefois le fait que, cinquante ans plus tard, en France, notre tombe sera vidée et nos ossements jetés, mais passons…).

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

198 – Septembre 2016 – Rav Rubinstein ” Le rav de Paris “

Couverture Kountrass 198

Réformer, c’est déformer

Il s’agit, évidemment, d’un vieux débat, vieux d’au moins 3 siècles, à peu près depuis le début de l’influence de la Has- kala – l’époque des Lumières ! – au 18esiècle, particulièrement en Allemagne et en Hongrie. Alors, en quoi ce débat reste- t-il marqué du sceau de l’actualité ? S’agit-il d’éveiller de vieux démons, ou bien y a-t- il lieu de renouveler, et de tenter d’éradi- quer totalement les bases idéologiques de la Réforme ? C’est cette tentation qui nous intéresse ici, d’autant plus que, aussi bien en France qu’aux Etats Unis ou même en Israël, les mouvements se réclamant de la Réforme, ou d’un Judaïsme libéral ou conservateur, essayent de retrouver une nouvelle jeunesse. Alors, il importe, pour qui veut “ouvrir les yeux”, d’affronter aujourd’hui ce débat.

Que recherche, en réalité, le mouvement libéral ? De façon plus explicite, de quelle idéologie se nourrit-il ? On a souvent dit, pour définir les objectifs des libéraux, qu’ils “admettaient dans le judaïsme seulement ce que les non-Juifs aiment dans le judaïsme” (expression utilisée par Pr André Néher). Cette définition suffit pour exprimer l’influence extérieure, celle de la culture occidentale, sur l’idéologie des réformés. Mais cette présentation du pro- blème n’est, en réalité, qu’apparente, car une question essentielle se pose : pourquoi, et surtout au nom de quoi, la Réforme trouve-t-elle sa justification ?

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

194 – Mars 2016 – La jérusalem d’en-haut (1830-1939)

Cherchez l’erreur !

D‘après une publicité locale ancienne pour une certaine marque de voitures, 160 000 personnes – qui avaient adopté telle ou telle marque – ne pouvaient pas se tromper ! Dirons-nous la même chose des Nations, actuellement ? Certainement pas : toutes critiquent la conduite du peuple juif face à ses ennemis les plus radicaux, lesquels se jurent de rejeter Israël à la mer, et faisant tout pour tuer le plus de Juifs possible – au couteau, à la pierre, mais aussi, à certaines périodes, aux scuds et autres engins mobiles, quitte même à utiliser des moyens encore plus dangereux, si ce n’est la Providence divine Qui les en a empêchés (voir notre article sur les 25 ans de la Guerre du Golfe). Quand un attentat critiquable sous tous les angles entraîne la mort de cinq fidèles dans une synagogue à Har Nof, auxquels on ne pouvait reprocher que de vouloir prier devant l’Eternel, l’ONU parle d’un « incident » (au courant duquel cinq Israéliens ont trouvé la mort, ainsi que… deux Palestiniens !). Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres, se répétant malheureusement sans cesse, que D’ nous en préserve ! Et l’actuel président de cette honorable institution de s’immiscer dans le conflit et de prendre parti : « On ne peut éternellement occuper les territoires d’un autre peuple », dit-il, en oubliant totalement de quel côté provient la violence, et qui est le premier « occupant » du pays, si ce n’est le peuple juif. De notre part, combien de Juifs ont-ils osé utiliser la violence contre les Arabes, en période calme – cette violence aveugle frappant des « innocents » ? Trois, quatre personnes ? Immédiatement critiquées par l’ensemble du peuple juif e surcroît, et condamnés
par les tribunaux israéliens ?

Logo de Kountrass

 

En lire plus

Vers le Haut