‘hessed chel émeth

51 – Mars 1995 – Le beth din dans la Cité

EDITORIAL :

Le Beth Din : aux yeux du public, cette institution est essentiellement chargée de la surveillance de la nourriture, et accessoirement de quelques problèmes de conversions ou de divorces ; en aucun cas on ne lui accorde la vocation de diriger les communautés, encore moins de régler les contentieux entre Juifs. Que fait-on alors lorsqu’un différend oppose deux Juifs ? Hélas, on s’adres-se trop souvent au tribunal civil bien qu’il s’agisse d’une démarche absolu-ment interdite. Cet état de fait est décrié par de nombreuses autorités rabbiniques ; le Jewish Observer américain, l’organe de l’Agoudath Israël, a. récemment mis la question sur le tapis dans le monde juif anglo-saxon, et il est évident qu’une information sérieuse s’imposait pour la France également. C’est le projet du présent numéro de Kountrass. L’intrusion de la Halakha et du Beth Din dans la vie publique nous amène à nous interroger sur les grandes options qui ont été prises en Erets Israël, lorsque l’Etat a été créé : ce ne sont ni la Halakha ni les Baté Dinim qui ont été investis des pouvoirs législatifs et juridiques. Un entretien avec le Pr. Rakower, conseiller auprès du ministre de la Justice israélien, nous fera entrevoir des horizons nouveaux : nous découvrirons que ce haut fonction-naire tente par la porte arrière d’introduire le message toranique dans le droit israélien.

Logo de Kountrass

 

En lire plus

223 – Juin 2019 – Le Kotel Hama’aravi

Ainsi donc nous avions raison – allez savoir d’où provenait notre intuition : Avigdor Lieberman n’a pas pu se retenir ! Il adore monter et détruire des gouvernements, et arriver à peu de frais à la Une des journaux. Semble-t-il, à écouter ses interventions, ce n’est pas tout : le sieur a compris, comme un fin stratège (il était tout de même ministre de la Défense !), que la formule la plus simple pour réussir dans la vie politique locale est de s’inscrire dans la dynamique de la famille Lapid, Tommy et Yaïr,
pour s’attirer des voix en montant à cheval sur les thèmes anti-religieux et ceux contre une “medinath Halakha” (contre un Etat soumis à une loi religieuse). C’est ce qu’il a fait : alors que tout homme plongé dans la vie publique sait que la base même du jeu politique consiste à marchander et à discuter des détails, en ce qui concerne la loi sur l’enrôlement des jeunes en Yechiva, il a déclaré qu’en aucune manière il n’était prêt à une quelconque révision de la loi prévue ! Ah, vous pensez qu’un Russe de souche se plie ? Vous allez voir. Et il a tenu parole : il n’a pas bougé d’un yota, provoquant ainsi la crise de laquelle nous sommes les témoins, à savoir qu’il faut retourner aux urnes dans trois mois et entraine un gaspillage de plusieurs milliards de shekalim.

Logo de Kountrass

 

En lire plus

Vers le Haut