‘hayim walder

236 – Novembre 2020 – Le coeur des enfants vers leurs parents

EDITORIAL :

L‘ÉTERNEL PRENDRA PARTI POUR SON PEUPLE…” (DEVARIM/DEUTERONOME 32/36)
Les versets parlent. C’est là toute leur force, grâce aux prophéties éternelles qu’ils contiennent : ils étendent leur portée à toutes les générations et leur sens pour chaque Juif, à tout moment. Mais que dire ? Parfois c’est plus flagrant que d’habitude. C’est ce qu’il nous a semblé cette année, quand nous avons lu ces versets du cantique de Haazinou, dont on sait qu’ils ont été rédigés spécifiquement pour la dernière génération – la nôtre sans doute : « Oui, l’Éternel prendra parti pour Son peuple, pour Ses serviteurs II redeviendra propice, lorsqu’Il les verra à bout de forces, sans appui et sans ressources ». Nous pensions toujours qu’il était question d’ennemis et de guerres, qui nous laissent dans un tel état. Mais qui nous le dit-il ? Et si l’on lisait ces versets en les appliquant à un moment d’épidémie, quand le corona frappe partout ? Ou encore, quand la haine interne entre les diverses composantes du peuple juif bat son plein ? Continuons sur cette lancée : « Alors II dira : “Où sont leurs dieux, ces rocs tutélaires, objets de leur confiance ; qui consomment la graisse de leurs victimes, s’abreuvent du vin de leurs libations ? » Ce n’est pas forcément des cultes païens proprement dit qu’il peut être question dans ce verset : peut-être est-ce de nos dieux à nous qu’il est question, la sécurité que nous apportent les scientifiques et les médecins, le commerce et la finance, auxquels nous accordons notre totale confiance ? Et auxquels nous sacrifions nos enfants, à les diriger vers l’unique voie de la connaissance et de l’étude universitaire, et de la conception matérialiste qu’elles drainent, avec les risques spirituels dans lesquels elles entrainent nos rejetons…

 

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

62 – Fevrier 1997 – Les Richonim

EDITORIAL :

Le présent numéro de Kountrass reprend le dossier “La Yechiva” abandonné dans la précédente parution : nous avons pensé en effet que notre revue ne pouvait pas laisser passer l’année 1996, triste 900ème anniversaire du début des Croisades, sans lui consacrer un numéro spécial. Et il est vrai que ce sujet touchait la période que nous voulons traiter ici, celui du Judaïsme durant le Moyen Age. La période des Richonim est une période essentielle dans l’évolution de l’étude des Yechivoth : si les temps de construction de la Guemara forment la trame essentielle de l’étude, si les Gueonim la complètent et lui donnent sa structure, celle des Richonim en donne les clefs indispensables ! Rachi et les sages français ont créé l’appareillage indispensable à la compréhension du texte, et les sages espagnols ont amené l’étudiant en Talmud à en saisir la dimension extrême. Bien sûr, la Yechiva en tant qu’institution a également fonctionné durant cette période, mais en catimini : les jeunes se regroupaient autour du rav, et habitaient simplement chez lui, comme nous le verrons dans un article consacré à ce sujet. La “grande” Yechiva ne commence que plus tard, en réalité à la fin du XVIllème siècle, sujet que nous avons dû laisser aux prochains numéros.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

89 – Avril 2002 – ” Tu es avec moi ! “

EDITORIAL :

Le présent numéro paraît alors que la période est des plus troubles et des plus angoissantes, tant en Erets Israël qu’à l’étranger — la France battant pratiquement tous les records — le peuple juif ne vit pas dans la tranquillité. Nous espérons que nos lecteurs tireront courage du présent dossier, titré « Tu es avec moi », selon un verset des Psaumes (23,4) : « Dussé-je suivre la vallée de la mort, je ne craindrai aucun mal, car Tu es avec moi ». Peut-on émettre actuellement prière plus forte que celle-là ? Sur quelles bases une telle prière repose-t-elle — si ce n’est sur la émouna, la foi que Hachem est avec nous en toutes circonstances. Dès lors, une étude de ces notions s’imposait, et c’est donc ce que nous proposons dans les présentes feuilles : nous voudrions montrer que le judaïsme prône une conception de proximité de Hachem dans nos actes, et trouve encore dans les épreuves et les vicissitudes de la vie ce même intérêt du Créateur à notre égard, Car “celui qu’Il aime, Hachem le châtie ” (Michlé/Proverbes 3,12).

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

91 – Septembre 2002 – La Tora a raison !

EDITORIAL :

Nous avons eu l’occasion, dans les précédents numéros de Kountrass, de nous pencher sur nos sources pour tenter d’en tirer des éléments permettant de comprendre la période actuelle. Nous avons été ainsi amenés à examiner la nature du conflit Israël-Yichmaël, essayant de voir s’il pouvait s’inscrire dans la masse d’informations que nos Prophètes et nos Sages ont reçues de la Source suprême d’inspiration, et si l’ensemble des événements se déroulant sous nos yeux ne devait pas être compris dans ce que nous avons nommé la « Fin des Empires ». Afin de mieux comprendre aussi l’atmosphère tendue et lourde dans laquelle le peuple juif est à nouveau plongé depuis quelque temps, nous avons étudié dans un premier temps les voies utilisées par la Providence divine pour intervenir sur terre, puis nous avons entrepris de démontrer l’existence d’une Alliance entre Hachem et Son peuple, dont l’application ne cesse de marquer l’histoire d’Israël à travers les générations, se manifestant en particulier par l’antisémitisme. A ce stade, nous aimerions marquer une pose, et nous interroger sur les modalités de notre démarche : n’avons-nous pas là, en parcourant ces textes, admis et pu tirer de nos sources des indications précises et surprenantes en qualité, qui semblent bien prouver que l’axe que suit l’histoire de notre peuple, ainsi que les grands empires, ont été prévus il y a plusieurs millénaires ?

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

92 – Novembre 2002 – Les expériences de mort imminente

EDITORIAL :

Le présent numéro est placé sous le signe de la diversité. Un premier dossier est consacré au sujet des ” expériences de mort imminente”, les EMI, ainsi que nous nous étions promis de le faire depuis la parution, dans notre numéro 88, du témoignage de Charon sur ce qu’il a vécu suite à un terrible accident. C’est un article que nous avions publié sans avoir conscience de l’immense intérêt qu’il allait soulever. Pour les membres de notre communauté, ce genre de phénomènes était plus que surprenant. Nous avons donc lancé une enquête, et il s’est rapidement avéré que des millions de gens ont connu ce type d’expérience, et qu’une très grande littérature a déjà paru à son sujet. Il en est non seulement ressorti que d’innombrables personnes ont vécu de telles aventures, y compris des Juifs, bien entendu, mais encore que les sources bi-millénaires juives permettent pratiquement de comprendre l’ensemble de ces phénomènes.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

228 – Janvier 2020 – Le Judaisme Allemand

Aller voir un roi…

Nos Sages (Berakhoth 58a) nous ont indiqué une conduite qui ne peut que surprendre :
«Il est toujours bon d’accourir pour aller voir un roi d’Israël ; mais pas seulement, car
on agira de même envers un roi non-juif : si on en a le mérite, on parviendra à percevoir la différence entre un roi juif et un roi des nations».
En quoi est-ce tellement important d’arriver à ressentir une telle différence ?
De nos jours, ce nous semble, ce n’est pas que du côté du monarque que les choses sont
divergentes, mais aussi dans le camp du peuple qui, actuellement, décide de la nomination de
la personne qui va le diriger.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

Vers le Haut