alia

194 – Mars 2016 – La jérusalem d’en-haut (1830-1939)

Cherchez l’erreur !

D‘après une publicité locale ancienne pour une certaine marque de voitures, 160 000 personnes – qui avaient adopté telle ou telle marque – ne pouvaient pas se tromper ! Dirons-nous la même chose des Nations, actuellement ? Certainement pas : toutes critiquent la conduite du peuple juif face à ses ennemis les plus radicaux, lesquels se jurent de rejeter Israël à la mer, et faisant tout pour tuer le plus de Juifs possible – au couteau, à la pierre, mais aussi, à certaines périodes, aux scuds et autres engins mobiles, quitte même à utiliser des moyens encore plus dangereux, si ce n’est la Providence divine Qui les en a empêchés (voir notre article sur les 25 ans de la Guerre du Golfe). Quand un attentat critiquable sous tous les angles entraîne la mort de cinq fidèles dans une synagogue à Har Nof, auxquels on ne pouvait reprocher que de vouloir prier devant l’Eternel, l’ONU parle d’un « incident » (au courant duquel cinq Israéliens ont trouvé la mort, ainsi que… deux Palestiniens !). Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres, se répétant malheureusement sans cesse, que D’ nous en préserve ! Et l’actuel président de cette honorable institution de s’immiscer dans le conflit et de prendre parti : « On ne peut éternellement occuper les territoires d’un autre peuple », dit-il, en oubliant totalement de quel côté provient la violence, et qui est le premier « occupant » du pays, si ce n’est le peuple juif. De notre part, combien de Juifs ont-ils osé utiliser la violence contre les Arabes, en période calme – cette violence aveugle frappant des « innocents » ? Trois, quatre personnes ? Immédiatement critiquées par l’ensemble du peuple juif e surcroît, et condamnés
par les tribunaux israéliens ?

Logo de Kountrass

 

En lire plus

183 – Fevrier 2015 – La Mitswa d’habiter en erets Israel

Avant les élections…

En une période pré-électorale comme celle que nous vivons actuellement en Erets Israël, le simple électeur peut rester plutôt perplexe. Nombre d’entre nous habitent en Erets Israël, et ont droit de vote. Que leur dire ? Leur hésitation est compréhensible : les attaques directes contre les candidats fusent de toutes parts, et ne peuvent que surprendre. On parle des bouteilles consignées de Mme Netanyahou, de voyages de son mari remboursés par plusieurs sources, dont par l’Etat, et le reste à l’avenant. Et ce, juste pour l’actuel Premier ministre. Mais en ce qui concerne, par exemple, tous les partis politiques de gauche réunis, d’autres soupçons planent, dont l’utilisation d’associations créées juste pour le bien de la cause, pour faire campagne contre Netanyahou – “Tout sauf Bibi !” Ces sombres associations semblent même recevoir des financements en provenance du gouvernement américain, au point que des questions à ce sujet aient déjà été posées au président Obama par des sénateurs de son pays… Inutile de préciser qu’une telle pratique va contre la loi en Israël. On a rappelé à cette occasion une conduite du même ordre qui a été adoptée il y a quelques années, avec d’autres associations luttant pour que Baraq soit élu. Le chef du groupe socialiste, Herzog, a préféré user du droit au silence plutôt que de se défendre. Le même sieur Herzog que nous rencontrons actuellement, en effet. On ne peut que s’interroger : où sont passés les vrais problèmes du peuple juif sur sa terre ?

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

Vers le Haut