RavK

RavK has 137 articles published.

237 – Novembre 2020 – Teroumoth Ou-ma’assroth, Impots directs dans la loi toranique

EDITORIAL :

QUELQUE CHOSE SE DEGRADE AU NIVEAU DU POUVOIR!                                                                                                                                                                            Ce qui nous semble important de souligner dans les elections americaines, c’est justement le manque de conclusion claire qui en ressort : tout se passe comme si le systeme politique actuel etait arrive a sa fin, et ne permet plus a la plus importante democratie du monde, les Etats Unis d’Amerique, d’arriver a fonctionner de maniere claire, ordonnee et logique. Cela a-t-il jamais ete le cas ? II est plus que probable du reste que ce sentiment va rester present par la suite, les uns comme les autres pensant que l’autre parti a usurpe le pouvoir, et al lez savoir vers quel les manifestations virulentes et terrifiantes une telle impression va encore nous conduire.
C’est surprenant : cela ne va pas mieux en Erets Israel ! Le systeme democratique, ici egalement, ne parvient plus a mettre en place un gouvernement accepte par tous, et meme si au bout de trois tours d’election sans resultat clair les deux groupes principaux ont decide de s’unir pour la bonne cause, le resultat s’est avere etre desastreux ! Revenir aux urnes ?Cela va-t-il servir a quelque chose? Les critiques que Ion entend en France face au president Macron laissent egalement l’impression d’un echec du meme ordre quant a la validite du pouvoir, qui ne parvient plus a controler la communaute musulmane de ce pays, laquelle semble pouvoir rapidement dominer la scene politique egalement, en tout cas par le bas, en s’emparant de plus de plus de quartiers qu’elle ferme et rend inaccessibles aux autres… Que se passe-t-il ? Peut-etre faut-il se tourner vers nos sources, afin de comprendre effectivement la nature de cette degradation qui ne peut que frapper tout observateur. Nous avons toute une Michna, plus que connue, qui decrit la periode de la venue du Machia’h (fin du traite Sota) : elle parle de l’augmentation de l’insolence, des prix qui ne cessent de monter, du pouvoir qui se transforme en quelque chose de pervers, de l’intelligence des sages qui perd de son interet, de l’ecoeurement du public face a des gens craignant de fauter, de la disparition de la verite, du fait que les jeunes se moquent des vieux et que ceux-ci soient obliges de ceder la place devant les nouveaux, entre autres phenomenes prouvant une degradation des structures de la societe. La Michna termine cette description en une phrase definitive : “Sur qui pouvons-nous encore faire reposer notre espoir ?Sur notre Pere Qui est aux cieux”. Ceci est reellement la seule base qui reste solide de nos jours, quand, en plus, une importante partie des composantes de notre apparente securite s’est effondree avec l’arrivee du virus.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

236 – Novembre 2020 – Le coeur des enfants vers leurs parents

EDITORIAL :

L‘ÉTERNEL PRENDRA PARTI POUR SON PEUPLE…” (DEVARIM/DEUTERONOME 32/36)
Les versets parlent. C’est là toute leur force, grâce aux prophéties éternelles qu’ils contiennent : ils étendent leur portée à toutes les générations et leur sens pour chaque Juif, à tout moment. Mais que dire ? Parfois c’est plus flagrant que d’habitude. C’est ce qu’il nous a semblé cette année, quand nous avons lu ces versets du cantique de Haazinou, dont on sait qu’ils ont été rédigés spécifiquement pour la dernière génération – la nôtre sans doute : « Oui, l’Éternel prendra parti pour Son peuple, pour Ses serviteurs II redeviendra propice, lorsqu’Il les verra à bout de forces, sans appui et sans ressources ». Nous pensions toujours qu’il était question d’ennemis et de guerres, qui nous laissent dans un tel état. Mais qui nous le dit-il ? Et si l’on lisait ces versets en les appliquant à un moment d’épidémie, quand le corona frappe partout ? Ou encore, quand la haine interne entre les diverses composantes du peuple juif bat son plein ? Continuons sur cette lancée : « Alors II dira : “Où sont leurs dieux, ces rocs tutélaires, objets de leur confiance ; qui consomment la graisse de leurs victimes, s’abreuvent du vin de leurs libations ? » Ce n’est pas forcément des cultes païens proprement dit qu’il peut être question dans ce verset : peut-être est-ce de nos dieux à nous qu’il est question, la sécurité que nous apportent les scientifiques et les médecins, le commerce et la finance, auxquels nous accordons notre totale confiance ? Et auxquels nous sacrifions nos enfants, à les diriger vers l’unique voie de la connaissance et de l’étude universitaire, et de la conception matérialiste qu’elles drainent, avec les risques spirituels dans lesquels elles entrainent nos rejetons…

 

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

235 – Octobre 2020 – Les pionniers de la Tora de France

EDITORIAL :

S‘il faut définir l’année qui vient de se terminer, la seule direction qui semble s’imposer est celle de nous avoir fait tourner la tête ! Depuis la fin de l’année civile passée, avec quelques preuves que cela s’est déclaré même assez tôt dans l’hiver 2019, le virus dont nous souffrons depuis lors s’est installé, et ne cesse de frapper le monde. On a pu faire remarquer déjà que, contrairement aux épidémies qui avaient atteint le monde précédemment et qui restaient, en général, dans un contexte local, peut-être sur un continent entier, il est exceptionnel que cette fois-ci, il s’agit d’une pandémie, qui s’étend sur le monde entier, n’épargnant aucun pays (sauf… l’Antarctique, pour l’instant, mais même là-bas, l’été finit par arriver…) ! Et si au départ Israël semblait s’en tirer encore relativement bien, tout s’est effondré depuis lors, tant les chiffres du développement de la pandémie, d’une part, et que la bonne réputation que s’était faite Israël et ses dirigeants dans le monde : la quantité de personnes atteintes est énorme, l’augmentation quotidienne très importante, et les capacités du régime local de maitriser l’extension et les effets de l’épidémie semblent être nulles…

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

234 – Septembre 2020 – Du bon usage de la parole

EDITORIAL :

Un Juif respectable nous a fait part de sa réflexion : voici plus d’un siècle qu’on a découvert l’existence de quelque chose de très petit : les microbes. Il y a 100 ans, on a compris qu’il y avait quelque chose d’encore plus minuscule : les virus. Et voici quelques mois, on a trouvé quelque chose d’encore plus infime : l’homme…
II faut reconnaître que ce virus furtif nous a fait comprendre, et il continue à le faire, à quel point l’humanité tout entière – contrairement à ce qu’elle pensait – est désarmée, faible et manque de répondant, face à cette créature que l’on ne peut même pas voir à l’oeil nu, ni même à travers un microscope standard. Les fiers dirigeants d’Etat baissent la tête. Les scientifiques sont pris de désespoir (même s’ils ne le reconnaissent pas ouvertement). Les médecins avouent ne pas comprendre d’où vient ce virus et vers quoi il se dirige, et combien de temps il va encore encombrer notre vie sur terre, qu’il a bouleversée totalement. Tous ceux qui se penchent sur son dossier reconnaissent le faire sans plan ni compréhension, permettant de laisser fonctionner certains domaines de l’activité, en entravant d’autres, puis ouvrant à nouveau une partie des entreprises, et ainsi de suite. Une partie non négligeable des décisions ont été prises sans que les “responsables” ne soient convaincus de leur validité. Les hommes de la présente génération pensaient qu’ils étaient plus forts et plus savants que ceux des générations précédentes, qu’ils considéraient comme “primitifs”. La preuve : ils ne parvenaient pas à communiquer les uns avec les autres à la vitesse de la lumière, ils n’étaient pas arrivés ni sur la Lune ni sur Mars, et ils ne savaient pas guérir des maladies comme nous le faisons, en allant acheter un simple cachet à la pharmacie… Alors le corona a pénétré notre vie et a tout bousculé !

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

208 – Septembre 2017 – Le rav l’a dit….

L

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

142 – Avril 2011 – Le respect des parents

EDITORIAL :

L‘actualité force à la réflexion ! Le monde arabe est en ébullition. La colère gronde même dans les régimes qui semblaient les plus stables. C’est le cas au Liban, au Yémen, en Arabie saoudite, en Iran, en Syrie… En Egypte, ce vent de révolte a entraîné le renversement du pouvoir en place, et en Lybie il l’a en tout cas ébranlé, non sans engendrer des réactions dans le monde occidental, ce qui pourrait avoir d’importantes conséquences. Et que dire du tremblement de terre au Japon ? Ce séisme a été classé quatrième parmi ceux qui ont ébranlé le monde depuis que l’on utilise des sismographes. Des centrales nucléaires ont été endommagées, et risquent de dégager d’importants nuages radioactifs dans leur périphérie. Au Japon, les responsables politiques parlent de la catastrophe la plus importante depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale dans leur pays. Le Japon a du reste bougé de deux mètres, et l’axe de la Terre a été décalé de 10 cm… Les données humaines sont en mouvement, et la nature y va du sien également.
Nous aimerions bien comprendre ce qui se passe. Mais en sommes-nous capables ? Y a-t-il parmi nous un prophète pour nous dire : voici ce que D. veut ! Personne. Et pourtant, on ne peut imaginer que la Providence divine montre un tel courroux sans raison !

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

107 – Avril 2005 – Rabbi Chalom Messas zatsal

EDITORIAL :

V oici deux ans que le rav Chalom Messas zatsal est décédé : il fut l’un des plus importants rabbanim au Maroc au cours du XXe siècle, et a été appelé à remplir la fonction de grand rabbin séfarade de Jérusalem pendant une vingtaine d’années. Notis avions préparé un dossier à l’occasion de la première année de son décès, mais diverses raisons ont fait que nous n’ayons pas pu le faire paraître. Avec sa parution dans le présent numéro, préparé avec l’aide de sa famille, que nous remercions ici, nous voici donc quittes de cette dette morale tant à l’égard de cette haute personnalité de la communauté juive de langue française, que de son honorable famille. N’oublions pas ce que disait le grand rabbin de France, rav Yossef Sitruk, en évoquant le rav Messas Il s’agit là du plus important décisionnaire de langue française de l’époque moderne ! » Le lecteur découvrira dans ce nouveau numéro du magazine la biographie du rav, ainsi qu’un article présentant divers traits remarquables de sa si noble personnalité. Le rav Messas s’est énormément investi dans la parution de manuscrits des rabbanim marocains qui l’ont précédé, et un article fait le point de cet aspect considérable de son oeuvre. Bien entendu, pour la plupart d’entre nous qui n’avons pas eu le mérite d’entendre le rav prendre la parole en public, quelques extraits de son oeuvre permettront de prendre connaissance de ses remarquables capacités de « darchan ».

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

63 – Aout 1997 – Les Yechivoth sous la Renaissance

EDITORIAL :

Le présent numéro est placé sous le signe de la diversité et en même temps de la continuité, puisque le quatrième volet du dossier «Yechiva» paraît ici. Cette fois-ci, c’est la riche période de la Renaissance qui fait l’objet de notre étude. Nous parlerons de diverses communautés juives de par le monde à cette époque : en Autriche et en Italie, en Erets Israël et à Salonique. Par contre, nous avons délibérément laissé de côté (outre Amsterdam — par manque de place), la Pologne et la Lituanie, qui nécessitent une étude en soi -que nous aborderons, si D. veut, dans le prochain numéro.
Ce numéro comporte par ailleurs une variété d’autres sujets, de quoi satisfaire les goûts de tous les lecteurs. Pêle-mêle, citons un article consacré à une communauté en plein développement, dans le sud de la France, ainsi qu’à un sympathique organisme à Villeurbanne ; un autre discutant de la cacherouth et de ses difficultés ainsi qu’un texte dévoilant de surprenantes nouvelles d’un mouvement de techouva amorcé en erets Israël depuis quelques temps dans une partie impressionnante de la population juive.

 

Logo de Kountrass

 

En lire plus

51 – Mars 1995 – Le beth din dans la Cité

EDITORIAL :

Le Beth Din : aux yeux du public, cette institution est essentiellement chargée de la surveillance de la nourriture, et accessoirement de quelques problèmes de conversions ou de divorces ; en aucun cas on ne lui accorde la vocation de diriger les communautés, encore moins de régler les contentieux entre Juifs. Que fait-on alors lorsqu’un différend oppose deux Juifs ? Hélas, on s’adres-se trop souvent au tribunal civil bien qu’il s’agisse d’une démarche absolu-ment interdite. Cet état de fait est décrié par de nombreuses autorités rabbiniques ; le Jewish Observer américain, l’organe de l’Agoudath Israël, a. récemment mis la question sur le tapis dans le monde juif anglo-saxon, et il est évident qu’une information sérieuse s’imposait pour la France également. C’est le projet du présent numéro de Kountrass. L’intrusion de la Halakha et du Beth Din dans la vie publique nous amène à nous interroger sur les grandes options qui ont été prises en Erets Israël, lorsque l’Etat a été créé : ce ne sont ni la Halakha ni les Baté Dinim qui ont été investis des pouvoirs législatifs et juridiques. Un entretien avec le Pr. Rakower, conseiller auprès du ministre de la Justice israélien, nous fera entrevoir des horizons nouveaux : nous découvrirons que ce haut fonction-naire tente par la porte arrière d’introduire le message toranique dans le droit israélien.

Logo de Kountrass

 

En lire plus

28 – Mai 1991 – Le decret des cantonistes

EDITORIAL

Ce numéro de Kountrass présente un dossier souvent ignoré par les ouvrages d’histoire juive. Et pourtant, on aurait pu s’attendre à ce que le sort tragique des cantonistes, ces dizaines de milliers d’enfants juifs de Russie et de Pologne, arrachés au siècle dernier à leurs familles, leurs communautés et leur foi par les sbires du tsar pour un service de vingt-cinq ans dans l’armée russe, laisse un souvenir plus fi-dèle dans les annales d’Israël. Nous avons donc tenu à pré-senter des témoignages sur cette époque qui laissa des cica-trices profondes.
Mais l’histoire est souvent faite d’ombre et de mystère. Qu’en est-il par exemple du fameux golem façonné par le Maharal de Prague ? Une tradition largement répandue attri-bue une telle création au grand rabbi Loew de Prague. Les sources écrites sont cependant fort tardives, et ont fait l’objet de réserves sérieuses…

Et puisque nous parlons histoire… Peut-on transformer un simple cours d’histoire générale en une vivante leçon de foi dans la providence divine ? Un jeune enseignant américain nous montre comment répondre par l’affirmative à cette question qui intéressera certainement les enseignants juifs.

Rav H. Kahn

Logo de Kountrass

 

En lire plus

1 2 3 14
Vers le Haut