50 – Janvier 1995 – Le miqwé

EDITORIAL :

Nous avons décidé de consacrer ce numéro 50 à l’un des éléments les plus importants du judaïsme : le miqwé. Comme on le sait, le rav Israël Méïr Kagan, l’auteur du Michna Beroura, détermine que pour obtenir les fonds nécessaires à la construction d’un bain rituel, une communauté juive a même le droit de vendre ses Sifré Tora, ces objets de culte les plus saints. Ce qui souligne bien l’aspect fondamental de cette loi dans la vie juive. Il n’y a plus aujourd’hui de communauté en France qui n’ait son propre établissement, et les temps sont révolus où l’on pouvait concevoir la construction d’un beau temple sans se soucier de la pureté familiale si essentielle à notre vie juive. Malgré cela, il nous a semblé qu’il n’était pas inutile de présenter à nos lecteurs une information aussi large que possible en ce domaine : on ne peut pas vraiment dire que les miqwaoth soient sur-encombrées ; beaucoup de personnes ignorent parfois des détails importants de la pratique et il était donc important d’aider à diffuser ce message. Cependant, pour des raisons évidentes de pudeur, il était exclu d’engager dans ces pages une campagne directe en faveur des lois de pureté familiale. Nous avons plutôt choisi de présenter les divers aspects techniques liés à la construction du miqwé, les difficultés rencontrées et les solutions possibles. On trouvera un article de fond signé du rav Ariyé Kaplan. Nous avons également fait un rapide tour d’horizon des anciens établissements de miqwé préservés jusqu’à nos jours. Quelques thèmes inhabituels ont été abordés : vous saurez enfin pourquoi les hommes vont au miqwé et pourquoi il faut également y tremper ses nouveaux ustensiles de vaisselle. Il s’agit donc surtout d’une présentation du miqwé comme agent servant à atteindre la pureté.

 

Logo de Kountrass

 

Un article permettra à certains de se familiariser avec l’aspect architectural du lieu. A ceux qui désirent en apprendre plus sur les raisons profondes de la mitswa, nous recommandons vivement la lecture de quelques — trop rares — ouvrages en français (Les Eaux d’Eden du rav Kaplan, Le secret de la féminité de la rabbanith Tehila Abramov ou le manuel de Halakha du rav Mordekhaï Eliyahou). S’ils préfèrent, ils pourront également s’adresser à des rabbanim capables de leur expliquer l’importance capitale du miqwé dans la vie d’un couple, et sa valeur essentielle dans le cadre de la pureté du peuple juif.
Dans ce même numéro, nous publions une interview du rav Ravitz : le député de Déguel haTora fait le point sur les positions de ce groupe quant à la situation actuelle. Une enquête menée en France a suscité un article sur une sympathique communauté du XlXème arrondissement de Paris, et un autre sur une organisation qui fait ses premiers pas, “SOS Femmes Juives” : la violence envers les femmes, cela existe aussi dans nos communautés, hélas ! Des extraits de discours du rabbi de Zanz, décédé il y a quelques mois, paraissent dans ce numéro, et ne manqueront pas d’attirer l’attention : il s’agit là de l’un des derniers grands rebbes de la génération précédente, et sa vision personnelle sur la ‘hassidouth et la ‘avodath HaChem est des plus remarquables.

Rav H. Kahn

ou

10.00 € - Ce numéro Kountrass livré chez vous

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers de Non classé

Vers le Haut